Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 11:12


Extrait d’un entretien avec Jean Luc Godard paru aux Inrocks sous la plume d’un gardien du temple : Serge Kaganski

Godard avec ses phrases couperets, ses erreurs volontaires à la manière d'un  artiste du collage, il démonte « une certaine qualité internationale » celle qui truste les festivals over the world en mixant  malicieusement des gars aussi «  différents «  que Gus Van Sant et Abbas Kiarostami.






Il
y a donc de bons Américains...

Oui, Manny Farber, c'est un bon Américain. Il y en a d'autres. Mais je ne tiens pas spécialement à critiquer le cinéma américain. D'autant plus qu'il existe aussi une "qualité internationale", où tout se ressemble. Ce sont les films qu'on présente dans les festivals comme Cannes. Les films de Kiarostami, Gus Van Sant, Elia Suleiman... C'est une idée assez commune du cinéma d'art. Je vois ça très bien avec mon prof de tennis. Il n'ira jamais voir un film de Luc Moullet, dont il ne connaît même pas le nom, mais il va voir Elephant. Ça correspond à l'idée qu'il se fait du grand art.

Est-ce que le fait qu'un film séduise votre prof de tennis est vraiment disqualifiant pour le film ?

Ce n'est évidemment pas ce que je veux dire. Ce garçon ne va d'ailleurs pas non plus voir mes films. Il me connaît, a envie de me parler et passe par-dessus le filet tout le temps pour bavarder. A tel point que je suis obligé de le menacer de ne plus le payer s'il enjambe le filet, parce que pendant qu'il me fait la conversation, me parle des films qu'il va voir, il ne m'apprend plus à jouer au tennis.

Et en quoi, Kiarostami et Van Sant, est-ce la même chose ?

En tout cas, ça l'est devenu. Gus Van Sant n'a jamais fait un film aussi beau que Et la vie continue. Mais Ten ou Elephant, c'est la même chose. Du cinéma intellectuel, où tout pourrait se formuler par de la parole. C'est des mots. Pour faire ça, il n'y a pas besoin de caméra. Dans le gros cinéma hollywoodien commercial, il n'y a pas besoin de caméra, mais il y a une telle puissance de feu ­ comme disait Staline : "A force de quantité, on finit par écraser la qualité" ­ que ça produit quelque chose. Je vais voir ces films, j'arrive à les oublier tout de suite, ou alors je n'y arrive pas et je m'en veux. Mais pour revenir à Ten et Elephant, je dirais que c'est du sous-Antonioni. Antonioni est le cinéaste qui a le plus influencé le cinéma contemporain, et cette influence est délétère. On a l'influence qu'on peut. Paradjanov par contre n'a pas beaucoup d'influence aujourd'hui et c'est dommage.

Mais la phrase la plus importante demeure celle-ci : "Antonioni est le cinéaste qui a le plus influencé le cinéma contemporain et cette influence est déletère ." terme qu'on peut remplacer par  «  toxique ». en somme , Godard accuse les cinéastes de la qualité internationale tant appreciée des carnavals de cinéma de se vautrer dans du sous Antonioni , et cette musique contemplative  si insistante qui repose sur un rapport particulier à la durée (par musique j'entends composition ) , semble nous dire Godard, n’est pas très pertinente en soi dans le cinéma de ce début du 21e siècle
affaire à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahmapoutre - dans Kino et Cie
commenter cet article

commentaires

Djamel OND 30/07/2009 13:13

Il s'agit vraiment pas de faire un procès a Antonioni (peut être godard le fais vu qu'il n'a pas froid aux yeux, et que je suppose a une époque y a eu une dualité entre les deux) Mais je ne pense vraiment pas que l'œuvre Antonionienne est a blâmé en aucun cas. c'est surtout cette facilité qui deviens un label proclamer par tous, enfin par "la une masse bien pensante" et surtout que la critique salut ca. Donc si y a quelqu'un a blamé c'est avant tout les chritique et cette horde livide qui peuple les festival, qui se masturbe devant des travaux qui n'ont plus rien a voir avec le cinema pour se flatter mutuellement l'ego.

muadib 29/07/2009 16:55

Loin de la ! Il n'en est nullement responsable... Je vais tenter une analogie hasardeuse (et capillotracté!) mais c'est comparable au cas Jimmy Hendrix, du génie a l'état pure copié par une horde de gratteux sans talents, a tel point que le son Hendrix est devenu aujourd'hui un cliché horripilant.

Brahmapoutre 29/07/2009 16:51

on va non plus faire un procès à Antonioni de n'avoir pas pu empêcher une descendance aussi nombreuse; en tout cas , c'est pas à lui de le faire...

muadib 29/07/2009 16:40

Assez d'accord avec le Godard, Antonioni a quand même emmené le ciné dans une impasse et pleins de suiveur l'y ont suivi...

TAh 29/07/2009 15:19

Je suis totalement, tendrement, tragiquement, d'accord avec le père God-ART...Il suffit de regarder ce qui se passe dans notre cher et creux pays...des saltimbanques font des films-PQ et ça marche...les grands carnavals s'en abreuvent. Par contre je lui fait une réserve concernant les films de Kiarostami. On ne peut pas dire que Récréation et la même chose que Close up ou le goût de la cerise. Le gout de la cerise et le vent nous emportera, cela ouais. Mais je suis assez d'accord avec cela. L'idée du sous-cinéma antonionien....et surtout ce qu'il a dit par rapport à Paradjanov...tu n'en parles pas mon vieux....c'est dommage car très important.

Présentation

  • : Le blog du Brahmapoutre
  • : tout ce qu'il y a à savoir sur à peu près tout... m'sieurs dames , faites votre marché...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens